Normal view MARC view ISBD view

Bovine dermatophilosis (Dermatophilus congolensis) in the French West Indies, 3: Comparisons between infected and healthy herds

by Matheron, G; Barré, N; Roger, F; Rogez, B; Martinez, D; Sheikboudou, C.
Publisher: 1989Subject(s): ENFERMEDADES DE LOS ANIMALES | DERMATITIS | ENFERMEDADES DE LA PIEL | DERMATOPHILUS CONGOLENSIS | AMBLYOMMA VARIEGATUM | ACARINA | GARRAPATAS | BOOPHILUS MICROPLUS | VECTORES | GANADO BOVINO | CEBU | RESISTENCIA A LA ENFERMEDAD | INFESTACION | CARIBE | GUADALUPE | MARTINICA | SAN MARTIN | ANTILLAS FRANCESAS | ANIMAL DISEASES | DERMATITIS | SKIN DISEASES | DERMATOPHILUS CONGOLENSIS | AMBLYOMMA VARIEGATUM | ACARINA | TICKS | BOOPHILUS MICROPLUS | VECTORS | CATTLE | ZEBU | DISEASE RESISTANCE | INFESTATION | CARIBBEAN | GUADELOUPE | MARTINIQUE | ST MAARTEN | FRENCH WEST INDIES | MALADIE DES ANIMAUX | DERMATITE | MALADIE DE LA PEAU | DERMATOPHILUS CONGOLENSIS | AMBLYOMMA VARIEGATUM | ACARINA | TIQUE | BOOPHILUS MICROPLUS | VECTEUR DE MALADIE | BOVIN | ZEBU | RESISTANCE AUX MALADIES | INFESTATION | CARAIBES | GUADELOUPE | MARTINIQUE | SINT MAARTEN | ANTILLES FRANCAISES In: Revue d'Elevage et de Medicine Veterinaire des Pays Tropicaux (Francia) v. 42(3) p. 331-347Summary: Une enqu{ring}te destinée {hooka} déterminer les caractères distinctifs entre élevages atteints et élevages indemnes de dermatophilose a été menée dans 93 élevages bovins de Martinique et 120 élevages de Guadeloupe et Saint-Martin. Près de la moitié de ces élevages étaient ou avaient été infectés. La morbidité dans les exploitations concernées par la maladie est de 33 p. 100 en Martinique et de 29 p. 100 en Guadeloupe, les mortalités annuelles étant respectivement de 15 et 5 p. 100. On n'observe pas de différences de fréquence de la maladie en fonction de la saison et de la zone géographique, mais des différences faibles ou nulles en fonction de l'exposition des animaux aux facteurs agressifs extérieurs (soleil, épineux, humidité du sol). La présence de la tique Amblyomma variegatum, en revanche, est déterminante dans la situation de la Martinique o{breveb} les animaux de toutes les races sont sensibles {hooka} la maladie. Dans ce cas, 63 p. 100 des élevages infestés sont atteints, contre 2,5 p. 100 pour les élevages encore épargnés par la tique. En Guadeloupe o{breveb} le zébu Créole, du fait d'une sélection naturelle, est hautement résistant, seuls 27 p. 100 des élevages de l'enqu{ring}te qui sont infestés connaissent la dermatophilose. Le détiquage régulier dans les deux iles a une action bénéfique sur la fréquence de la maladie. L'enqu{ring}te révèle une typologie sous-jacente des élevages et permet de les classer en fonction de leur comportement face {hooka} la maladie. En Martinique et quel que soit le mode d'élevage, {hooka} peu près aucun n'est infecté dans les zones sans tiques. Dans les zones {hooka} tiques, les petits éleveurs traditionnels qui possèdent un bétail sensible {hooka} la maladie mais n'appliquent pas de prophylaxie sont les plus touchés alors que les éleveurs plus structurés ont, par des mesures appropriées de soins aux animaux, réussi pour la plupart {hooka} la juguler. En Guadeloupe, au contraire, la tique est cosmopolite et les petits éleveurs, propriétaires de Créoles résistants ne sont pas concernés malgré des comportements prophylactiques rudimentaires, alors que les élevages intensifs qui font {hooka} des races exotiques améliorées éprouvent de grandes difficultés {hooka} contr{ringb}ler l'infection
    average rating: 0.0 (0 votes)
No physical items for this record

29 ref.

Une enqu{ring}te destinée {hooka} déterminer les caractères distinctifs entre élevages atteints et élevages indemnes de dermatophilose a été menée dans 93 élevages bovins de Martinique et 120 élevages de Guadeloupe et Saint-Martin. Près de la moitié de ces élevages étaient ou avaient été infectés. La morbidité dans les exploitations concernées par la maladie est de 33 p. 100 en Martinique et de 29 p. 100 en Guadeloupe, les mortalités annuelles étant respectivement de 15 et 5 p. 100. On n'observe pas de différences de fréquence de la maladie en fonction de la saison et de la zone géographique, mais des différences faibles ou nulles en fonction de l'exposition des animaux aux facteurs agressifs extérieurs (soleil, épineux, humidité du sol). La présence de la tique Amblyomma variegatum, en revanche, est déterminante dans la situation de la Martinique o{breveb} les animaux de toutes les races sont sensibles {hooka} la maladie. Dans ce cas, 63 p. 100 des élevages infestés sont atteints, contre 2,5 p. 100 pour les élevages encore épargnés par la tique. En Guadeloupe o{breveb} le zébu Créole, du fait d'une sélection naturelle, est hautement résistant, seuls 27 p. 100 des élevages de l'enqu{ring}te qui sont infestés connaissent la dermatophilose. Le détiquage régulier dans les deux iles a une action bénéfique sur la fréquence de la maladie. L'enqu{ring}te révèle une typologie sous-jacente des élevages et permet de les classer en fonction de leur comportement face {hooka} la maladie. En Martinique et quel que soit le mode d'élevage, {hooka} peu près aucun n'est infecté dans les zones sans tiques. Dans les zones {hooka} tiques, les petits éleveurs traditionnels qui possèdent un bétail sensible {hooka} la maladie mais n'appliquent pas de prophylaxie sont les plus touchés alors que les éleveurs plus structurés ont, par des mesures appropriées de soins aux animaux, réussi pour la plupart {hooka} la juguler. En Guadeloupe, au contraire, la tique est cosmopolite et les petits éleveurs, propriétaires de Créoles résistants ne sont pas concernés malgré des comportements prophylactiques rudimentaires, alors que les élevages intensifs qui font {hooka} des races exotiques améliorées éprouvent de grandes difficultés {hooka} contr{ringb}ler l'infection

Click on an image to view it in the image viewer